Reproduction de la grue #8053 de l’été 2010

Il y a plus d’un mois, j’ai reproduit la grue mobile qui va sortir cet été. J’ai réalisé cela grâce à des photos de qualité exceptionnelle qui ont été prises à différents Toy Fair.
La reproduction n’est pas fidèle à 100%, mais toutes les fonctions y sont : Au début, j’ai commencé par vouloir reproduire les trains d’engrenages au niveau de la boite de transfert de la tourelle car cette dernière m’intriguait, et comme il y avait de très belles photos ou l’on voyait bien les pignons, j’ai tenté. Au début, j’ai voulu le faire par modélisation pour à la fois bien voir l’acheminement des mécanismes et ne pas me compliquer la tâche à assembler les structures et paliers nécessaires aux axes (ce qui doit être tout le temps démonté et remonté pour optimiser au fur et à mesure), mais ma flemmingite aigüe et mon envie de bidouiller mes lego technics ont pris le dessus.

Alors j’ai commencé par faire la base de la tourelle, seul élément que je devais faire à priori. J’ai pas mal galéré pour faire un renvoi d’angle qui va de la boite de transfert au vérin car je n’avais ni photo détaillée (car c’est à l’intérieur de la tourelle), ni aucune de ces nouvelles pièces qui ont été introduites début 2010 et qui vont, je pense, grandement faciliter la construction sur le modèle officiel ^^.

Ensuite, j’ai monté la flèche car elle était assez facile à reproduire et que je suis un grand fan des montages télescopiques. Mais une fois la flèche montée, le tout manquait d’intégrité et de stabilité, alors comme je suis un grand fou, je me suis attaqué au châssis. Là encore, j’ai eu énormément de mal à tout intégrer en respectant le design extérieur, faute de nouvelles pièces. Mais j’y suis arrivé : la seule grosse différence visible entre mon modèle et le modèle officiel, ce sont les éléments de carrosserie qui n’existent pas encore en jaune. J’ai donc bricolé un truc avec des noirs (et parfois pas de la même forme), mais j’avoue que le résultat est visuellement absent : je compte beaucoup sur TLG pour nous faire un résultat digne de ce nom ! :D

Mais qu’importe, j’ai réalisé cette reproduction dans un esprit « technique » surtout, donc tant pis pour les finitions.

Alors en chiffres, c’est une reproduction de 1300 pièces environ réalisée aproximativement en 13 heures.

Passons au vif du sujet : les fonctions du modèle :

Alors dans le châssis, nous avons tout d’abord une direction sur les 4 essieux avec un rayon de braquage moins important sur les deux essieux du milieu : n’ayant pas les nouvelles crémaillères nécessaires pour réaliser facilement ce montage, la toute première version du châssis n’avait pas du tout de direction; Puis, ayant fini les châssis, je me suis dit que c’était trop bête que la grue ne puisse pas tourner, et j’ai contourné le problème du manque de place en mettant les crémaillères de direction la tête en bas, ce qui m’a donné plus de place pour intégrer la direction sur chaque essieu, ainsi que les réductions entre les essieux. Au final, nous avons un magnifique organe mécanique qui vient se positionner sous le châssis en se clipsant sur les « axes de direction » des roues. Le montage est relativement propre et est très fonctionnel, je suis assez content de moi. La direction se manipule par une HOG (Hand Of God) à l’arrière.

Deuxième fonction du châssis : c’est le fameux déploiement des stabilisateurs en étoile : le fonctionnement repose sur des bielles qui poussent ou qui tirent les stabilisateurs grâce à des rotules montées sur manivelles qui tournent selon l’axe longitudinal du châssis. Ce système est au centre du châssis, mais les deux axes indépendants doivent être renvoyés sur le devant (à l’emplacement du bloc moteur sur un vrai camion-grue) pour être solidarisés à l’aides d’un système VSF/pignon 24t avec knob de chaque coté en renvoi d’angle. On a donc un classique montage irréversible, commandé par un seul axe qui est prolongé tout à l’arrière du camion où l’on trouve un pignon servant de manivelle, au dessus et un peu en retrait de la HOG.

Les pieds des stabs se règlent indépendamment avec des molettes qui agissent directement sur une vis sans fin/8t pour déplier des parallélogrammes : cela ne soulève pas la grue, mais ça permet de s’adapter aux irrégularités du terrain (hé oui, c’est une grue tout-terrain !).

On passe maintenant à la tourelle et la fameuse boite de transfert se révèle enfin : de part et d’autre de la tourelle, on a une molette; En fait, les deux molettes sont montées sur le même axe, et donc sont solidaires. entre ces deux molettes, nous avons deux driving rings et 3 roues folles. le premier driving ring va servir à switcher entre le déroulement du câble et la levée de la flèche (et bien sûr un point mort). Le deuxième sert à actionner ou non le télescopage de la flèche. On a donc en tout 6 configurations possibles :

-déroulement du câble seul

-télescopage avec déroulement du câble

-levée de la flèche seule

-levée de la flèche avec télescopage

-télescopage seul

-et bien sûr, le point mort.

Le train d’engrenages entre l’axe moteur et la bobine du câble est uniquement composé de 16t et de 16t folles, la réduction est de 1:1.

Entre l’axe moteur et le télescopage de la flèche, on a un train de 16t, puis un renvoi d’angle avec des 12t simple bevel, puis la réduction finale est un enchaînement VSF/8t/crémaillère.

La réduction entre le déroulement du câble et le télescopage n’est pas la même, mais ce n’est pas grave lorsque les deux fonctions sont couplées car géométriquement, cela se compense : en effet, on a déjà le mouflage du câble qui fait qu’il se déroule deux fois moins vite. Par contre, quand le treuil est débrayé, gare en dessous !! :/

Au final, je ne suis pas mécontent de la performance que j’ai faite en reproduisant ce très gros modèle, et de plus cela a fait sortir mes talents de mosseur cachés, donc c’est une expérience très positive au niveau du montage. Cela m’a permis d’assouvir ma curiosité envers les mécanismes de ce modèle qui n’est pas encore sorti, et d’en apprécier la mécanique : à ce propos, j’en conclus que ce set n’a rien à envier à la magnifique grue #8421 car on trouve des fonctionnalités inédites telles que les stabilisateurs en étoile, une levée de flèche basée sur un vérin mécanique, 4 essieux directeurs, une boite de transfert multifonctions et un système de télescopage modeste, mais sans faille. Disons que chaque modèle est complémentaire de par ses qualités et ses défauts, mais on ne peut pas les comparer directement : TLG va réussir un beau coup en sortant un engin de chantier déjà vu, mais qui se démarque malgré la quasi-perfection des ses prédécesseurs :D

la vidéo est disponible ici : http://www.youtube.com/watch?v=Voafdx0yit0

J’ai ensuite fait une modif pour intégrer la motorisation dans la tourelle : à priori, sur le set original, la motorisation sera proposée en ajout à l’aide du pack #8293. Le moteur se trouvera dans la tourelle, mais je pense que le boitier de pile se trouvera sur le châssis, couché derrière la cabine. Ce qui implique que la rotation de la tourelle sera limitée à la fois par le boitier de piles lui-même, ainsi que par le câble : je me demande d’ailleurs comment ce dernier pourra passer par la turntable sans se vriller. J’ai donc allongé l’arrière de la tourelle pour pouvoir y loger le boitier de piles : le design n’est pas au rendez-vous, encore une fois, mais j’ai fait ce que j’ai pu :

Elle a un look très très massif, comme ça, et l’arrière est coupé net comme sur la #8421, au lieu d’avoir un bout de châssis tout vide, ce qui est un bonne chose.
J’ai mis un switch sur le dessus, qui s’actionne avec une cheminée (oui je sais, l’effet est moisi !! :D ).
Le boitier de piles s’allume en basculant le capot arrière, et l’on peut le retirer en tirant les « clous » sur le dessus. Le boitier de piles est lui aussi fixé avec des clous (technic pin long with bush) et l’on peut le retirer très facilement.
Ce boitier de piles fournit en plus le contrepoids qui manquait à la tourelle, par contre sur le modèle entier, les masses sont assez déséquilibrées. Cela ne pose pas de problème, mais on sent le déséquilibre en le portant. Le rallongement de la tourelle fait aussi en sorte qu’elle ne peut plus tourner à 360°, car elle cogne contre la cabine (mais sur le modèle original, il y a des éléments de carrosserie derrière la cabine qui font le même effet, en plus du boitier de piles).

C’est tout pour ce modèle/moc/modif, je finis avec quelques photos supplémentaires :

3 commentaires

  1. Alban dit :

    Polo, faut que tu fasse quelque chose : La page est très longue à charger !!!
    Et l’@ de la vidéo n’est pas un lien. Tu peux intégrer la vidéo en mettant le code <object… fourni par youtube (mais p'tet pas en HD).
    Belle vidéo, mise en scène copiée sur un autre site, gnarf gnarf…
    Dés que j'ai le temps je lis l'article ;-) En ce moment je suis plutôt devant les LEGO que les sites ouaibes (Bot bot bot). A+

  2. Salut,
    Moi la page charge quasiment instantanément,
    sinon très belle repro. de la 8053, c’est incroyable, tu l’as réalisé avec quelque photo O_o
    belle vidéo sinon
    a+ sur ST

  3. admin dit :

    Merci, j’ai fait des gros travaux architecturaux pour le blog pour qu’il se charge beaucoup plus rapidement, et je suis content que ça aie porté ses fruits !
    Reprise du blog en juillet, après fana’briques :D

Laisser un commentaire